MBSR Hauts de France, réduction du stress & méditation pleine conscience (Mindfulness)

Ressourcement par le MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction), la pleine conscience. Séances, programmes et ateliers de méditation de pleine conscience et MBSR à Lille, Hauts de France, France, pour les entreprises et les particuliers.

C’est le printemps.

Clochard-torse-nuLorsque j’enseignais la communication à l’université, il y a une histoire que j’aimais raconter aux étudiants. Il est arrivé que ce moment déclenche des larmes, et j’ai mis bien du temps pour comprendre ce qui pouvait à ce point émouvoir.

Chaque année, je démarrai mon programme par cette histoire. Chaque année, j’éclairais mon ressenti d’une façon un peu différente : au départ, une prise de conscience de la créativité nécessaire dans la communication publicitaire, puis de la nécessité d’apporter du sens à ce que l’on raconte, puis enfin, plus récemment, la conscience que l’initiative d’une seule personne, à un moment donné, peut faire basculer la vie d’une autre.

Et c’est au regard de la pratique de la pleine conscience que cette histoire s’éclaire encore : c’est au présent que se conjugue la vie et le bonheur ; c’est la compassion et l’amour qui rend possible le bonheur ; c’est l’atruisme et l’humilité qui rendent la vie souriante.

Un jour, sur le pont de Brooklyn, à New York, un aveugle faisait la manche. Rien d’autre que la manche : assis sur un carton triste, sale, taché, il portait des vêtements trop grands et des lunettes trop noires.

Sur un petit carton tenant en équilibre sur ses chevilles, une inscription : « s’il vous plait, un $ pour manger ».

Les gens passent et repassent, le matin comme le soir, sans même porter un regard vers cet homme, qui s’appauvrissait de jour en jour, sans gagner plus d’un $.

Puis, un matin de printemps, alors que les premiers rayons du soleil apparaissent sur le skyline de Manhattan, un publicitaire remarque l’homme assis, une couverture trouée sur le dos, au froid.

Il le regarde et sans dire un mot, prend le carton du clochard. Ce dernier le regarde d’un air mauvais, ne comprenant pas comment un homme en costume cravate ose lui retirer le seul élément qui lui permet de faire passer un message.

L’homme cravaté prend son stylo et inscrit quelque chose au dos du carton, puis le repose aux pieds du clochard et s’en va.

Sur le carton était dorénavant inscrit : « Le printemps arrive et je ne le verrai pas. Merci. »

Le clochard a quelques semaines après quitté le pont de Brooklyn, des dizaines de dollars en poche, pour aller loger dans un hôtel du Queens, et peut maintenant manger à sa faim. Il n’a jamais rencontré le publicitaire de nouveau.

 

Plan du site

%d blogueurs aiment cette page :