MBSR Hauts de France, réduction du stress & méditation pleine conscience (Mindfulness)

Ressourcement par le MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction), la pleine conscience. Séances, programmes et ateliers de méditation de pleine conscience et MBSR à Lille, Hauts de France, France, pour les entreprises et les particuliers.

Avez-vous perdu le sommeil ?

Une fois n’est pas coutume, voici un témoignage personnel sur une des raisons pour lesquelles je médite.

bebe-dormir-difficile-meditation-stressUne de mes premières motivations pour apprendre à méditer était l’espoir que cela m’aiderait à gérer l’anxiété. Ma tendance est à une sorte de peur généralisée qui provoque de la tension à chaque pensée, souvent accompagnée par des palpitations cardiaques, du « gargouillis » dans l’intestin, et un nervosité générale qui rend difficile, voire impossible, le repos.

Vers l’âge de 18 ans, je me suis rendu compte d’un état anxieux qui a duré… un certain nombre d’années, malgré le fait que ma vie avait l’air stable et privilégiée. Depuis quelques temps, ces épisodes d’agitation intérieure ont diminué, tant en fréquence qu’en durée. Je pense que cela est dû à ma pratique quotidienne de la méditation, je suis plus conscient des raisons qui ont tendance à déclencher l’interrupteur « anxiété » pour moi. Je suis également mieux « équipé » maintenant pour ralentir, être doux et patient avec moi-même, la confiance que cela va passer, prendre conscience de l’impermanence et revenir à la réalité des sensations et des événements.

La peur vient parfois me surprendre dans certaines situations, bien sûr, mais ma relation avec elle a changé. En début d’année, la pression professionnelle et des événements personnels et familiaux m’ont bousculé et agité un peu mon rythme cardiaque ! La grande roue de la catastrophe (comme dirait Jon Kabat Zinn dans son ouvrage « Full Catastrophe Living – le temps de la pleine conscience ») a commencé tourbillonnant dans mon esprit. J’ai rencontré des difficultés de sommeil… Anxiété, fatigue, et activité constante n’est pas la meilleure des combinaisons …

Dans le passé, cela m’aurait entraîné dans une spirale terrible :  l’humeur n’est pas bonne conseillère et la réactivité « réflexe »non plus… rapidement cela fait place à une inquiétude plus pernicieuse : l’anxiété elle-même empire et fait empirer les choses et réduit ma capacité de faire face. Réaliser les tâches quotidiennes les plus simples semble devenir insurmontable et l’envie disparait.

Lorsque le sommeil ne venait pas, j’ai un jour décidé (et ne me demandez pas pourquoi, je n’en sais rien) d’utiliser ce temps pour la méditation. Pendant plusieurs heures, au cours de plusieurs nuits, j’ai pratiqué la pleine conscience de la respiration, en me disant doucement : « respire en toute confiance, en inspirant, en expirant, en laissant être ». Cultiver l’acceptation de ce qui se passait tout en réaffirmant ma capacité de faire face en toute confiance… Je me sentais maladroit, stupide ou inutile, mais doucement, j’ai continué.

Certaines nuits, je restais éveillé jusqu’au matin, tandis que d’autres je suis tombé endormi pendant la pratique dès les premières minutes. Ce qui me semblait important était de ne pas chercher un résultat, mais de laisser être ce qui était… La méditation était au début une façon de « m’occuper », puis ensuite une vraie occupation en tant que telle ! En fait, je remarquai que la pratique soutenue avait tendance à « régler » mon corps et mon esprit, pour qu’ils fasse mieux affaire. J’ai senti une désescalade de la frustration, du ressenti et de la lutte pour dormir.

Sur une période de quelques semaines, la phase de l’anxiété a lentement régressé. cela n’a pas toujours été agréable, mais avec la pleine conscience comme ancre, j’ai appris des tas de choses intéressantes et utiles sur moi et sur mon corps. La première, c’est que j’ai beaucoup de choses à apprendre ! Puis qu’il est important pour moi de maintenir un équilibre sain entre le travail, la maison, la vie et de repos. Et que cultiver consciemment la confiance et la coopération, avec la respiration consciente, peut progressivement m’amener à un retour au calme.

Je me rappelle aussi qu’il y a une « montée en puissance » des effets de la pleine conscience au fil des mois et des années. Dans les premiers temps de pratique, en essayant de méditer lors de l’apparition d’un épisode anxieux habituel cela avait peu d’effet et allait à l’encontre de mes habitudes… Je n’ai pas renoncé grâce à deux choses : la conscience des petits résultats, parfois tout petits petits, que j’obtenais sans le vouloir, des émotions qui m’envahissent moins, ou plus de distance par rapport à ce qui se passe par exemple… et aussi par le fait que la « mindfulness » a démontré ses effets sur la durée, ce qui est relaté par nombreux livres et articles de presse. Cela m’a donné confiance.

Maintenant, après une douzaine d’années de pratique régulière, il semble qu’il y a eu des changements dans mon esprit, mon cerveau et mon corps qui me rendent moins sensibles au « trac » chronique. Tant et si bien que la nervosité que je ressentais se dissipe plus vite lorsque je prends le temps de la respiration. Et cela, bien sûr, est un vrai coup de pouce à la confiance en soi et un antidote à l’anxiété.

Découvrez le programme « mindfulness », 6 semaines d’initiation à la pleine conscience, et expérimentez tout cela par vous même…

Plan du site

%d blogueurs aiment cette page :