MBSR Hauts de France, réduction du stress & méditation pleine conscience (Mindfulness)

Ressourcement par le MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction), la pleine conscience. Séances, programmes et ateliers de méditation de pleine conscience et MBSR à Lille, Hauts de France, France, pour les entreprises et les particuliers.

La méditation peut changer la structure de notre cerveau… en bien !

Des chercheurs ont prouvé que la méditation peut changer la structure de notre cerveau pour nous rendre plus attentifs, améliorer nos relations sociales et notre interaction avec l’environnement. C’est ce que révèle une étude basée sur 332 personnes pendant 9 mois.

La méditation peut modifier la structure de notre cerveau pour nous rendre plus attentif, collaboratif et empathique, c’est du moins ce que démontre l’étude publiée dans le Journal Science Advance. Les neurosciences ont prouvé que notre cerveau change et s’adapte selon les expériences vécues toute au long de notre vie. Mais la plasticité de cet organe, au regard de nos expériences socioculturelles, reste encore bien mal connue.

Afin d’étudier si les activités sociales et surtout la méditation ont une influence sur la structure de notre cerveau, des chercheurs ont suivi un groupe de 332 personnes âgées de 20 à 55 ans. Durant 9 mois ces individus ont suivi trois modules de méditation de trois mois chacun. L’objectif étant de stimuler tour à tour trois régions du cerveau: le centre de l’attention et de la conscience, la région liée aux compétences socioaffectives et enfin la région sociocognitive du cerveau. Après chaque module, les chercheurs ont collecté et analysés les IRM et les tests comportementaux de ces individus.

La méditation améliore notre capacité d’attention

Le premier module du programme s’est focalisé sur la capacité à être attentif au moment présent et sur l’introspection. Ces séances étaient basées sur des pratiques classiques de méditations par la respiration, la vision, le goût, le toucher ou encore la marche. Ces séances ont été complétées par des temps de contemplations, l’objectif étant d’atteindre «la pleine conscience».

Les IRM ont révélé que ces entraînements avaient majoritairement épaissi la région du cortex préfrontal. Cette partie du cerveau est impliquée dans des fonctions telles que le langage, la mémoire de travail, le raisonnement, les processus affectifs ou le traitement des conflits. D’après l’étude, ce changement de structure dans le cerveau par la méditation est à l’origine d’une amélioration dans l’application de ces taches quotidienne.

Les tests comportementaux de leur côté ont confirmé une nette amélioration des capacités d’attention des participants. La méditation pourrait donc, à l’avenir, jouer un rôle dans la prise en charge de l’hyper activité ou de pathologies liées au déficit de l’attention.

L’importance de l’affect dans nos relations sociales

Le deuxième module avait pour objet de tester la capacité des participants à avoir de la compassion, à prendre soin des autres, ainsi que leur motivation à interagir en société et à gérer des émotions difficiles. Pour se faire, ils ont suivi pendant 3 mois des séances de méditation couplées à des exercices de communication verbale en duo.

Les entraînements ont provoqué une plasticité dans le cortex insulaire: cette région du cerveau encore méconnue participerait à notre conscience, à la formation de nos goûts. Elle jouerait par ailleurs un rôle dans nos possibles dépendances. Elle fait aussi partie du système limbique qui est quant à lui responsable de nos émotions comme la peur, l’agressivité ou le plaisir.

L’étude suggère que les exercices suivis durant ce module changeraient structurellement notre cerveau et induiraient des modifications comportementales. Au terme de ce module en effet, la majorité des personnes faisaient preuve de plus de compassion.

Interagir avec son environnement

Le troisième module expérimenté était basé sur la «théorie de l’esprit». En sciences cognitives, elle désigne le processus permettant à chacun de reconnaître et définir un état d’esprit, qu’il s’agisse du sien ou de celui des autres. Plus largement, elle permet de comprendre qu’autrui pense différemment de nous-même. Cette aptitude nous permet entre autres de communiquer, collaborer ou encore apprendre.

Les séances visant à stimuler les fonctions sociocognitives ont été à l’origine de changements dans le gyrus frontal inférieur pour la majorité des participants. Cette région contribue au langage, particulièrement à son articulation et sa rapidité de prononciation.

Ces séances ont aussi épaissi la structure du lobe temporal, siège de la mémoire à long terme et de la mémoire dite auditive. Cette région du cerveau est aussi impliquée dans notre vécu émotionnel et donc dans notre façon de percevoir nos expériences, notre environnement ou notre entourage. Elle serait aussi responsable de notre capacité à distinguer le familier de l’inconnu. En améliorant la plasticité de cette région du cerveau, les chercheurs espèrent pouvoir instaurer de nouveaux protocoles de soins pour des pathologies comme l’autisme ou la schizophrénie.

Les résultats de cette recherche pourront, à terme et plus largement, contribuer au développement de la méditation dans des secteurs tels que l’éducation, les milieux hospitaliers, les entreprises. L’objectif étant de développer notre intelligence sociale, notre coopérativité et notre motivation à interagir avec autrui.

Stéphane Nau – Instructeur MBSR à Lille, France. Contact.

Plan du site

%d blogueurs aiment cette page :