Pleine conscience et MBSR : apaiser ses tensions, retrouver la bienveillance et la joie par la pleine conscience.

MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction) et Communication Bienveillante. Séances, programmes et ateliers de méditation de pleine conscience et MBSR, de communication bienveillante à Lille, Hauts de France et en Belgique pour les entreprises et les particuliers. Par Stéphane Nau, instructeur MBSR (Center for Mindfulness, Ecole de Médecine de l'Université du Massachusetts, créé par Jon Kabat Zinn).

Que faire quand ça vous démange ? Vous gratter ?

« S’il y a bien quelque chose que j’ai appris de ma longue semaine d’éruption cutanée due à mon stress chronique, c’est tout un tas de trucs sur les démangeaisons. Je suis devenu une sorte de mini-expert en démangeaisons. J’ai appris à regarder la démangeaison et à ne pas la gratter. » Voilà, encore une personne qui prend conscience que regarder ce qui nous arrive nous permet de prendre cette petite distance pour l’apprécier… et s’apaiser.

Car notre esprit est malicieux ! Non seulement ca démange, mais le simple fait d’y penser peut même créer la démangeaison ! Comme dans cet extrait du Dr Knock.

Maintenant, pourquoi diable est-ce utile d’être souligné ? Parce que si vous pouvez apprendre à ne pas gratter une démangeaison, vous pouvez faire n’importe quoi d’autre. Pensez à cela : la procrastination, c’est comme gratter l’envie qui vous démange d’aller faire autre chose que ce travail. Les mauvaises habitudes sont de simples démangeaisons. Abandonner quand les choses deviennent difficiles, c’est gratter ses démangeaisons. C’est la pleine conscience… observer que ça gratte, et se dire « comme c’est interessant ! », et attendre… Tout passe, rien ne dure.

La plupart des mauvaises choses dans votre vie, et notre incapacité à les changer, sont comme des démangeaisons. Donc la question est, comment éviter de gratter une démangeaison ?

Premièrement : Vous devez savoir que la démangeaison est là, et que vous la grattez. C’est la partie que la plupart évitent, en parfait pilotage automatique. La plupart du temps, nous grattons automatiquement nos démangeaisons sans remarquer que nous le faisons. On ne réalise pas toujours à quel point notre vie est contrôlée par les démangeaisons : aller constamment vérifier ses mails, ou les réseaux sociaux, ou son smartphone, c’est gratter des démangeaisons. Mal manger, allumer la télé, réagir avec irritation ou colère envers quelqu’un, c’est gratter ses démangeaisons.

Remarquer la démangeaison et le fait que nous la grattons est donc la première étape, et c’est parfois un coup de force. Cela signifie que nous développez notre conscience, ce qui prend du temps, parce que même après que nous ayions décidé d’essayer de remarquer cela, nous l’oublierons !

Deuxièmement : la démangeaison nous fait du mal. En quoi est-ce si mal de gratter une démangeaison ? En rien, si cela ne nous fait pas de mal. Mais si nous encourageons des plaies, ou que nous ne cessions de procrastiner sur un projet qui est important pour nous, ou que nous gaspillions notre temps -et notre vie – sur les réseaux sociaux et les photos des repas d’autres personnes, alors cela ne nous fait aucun bien. Reconnaissons tranquillement – mais clairement – le mal que provoque cette démangeaison.

Troisièmement : Et si nous prenions l’engagement de ne pas nous gratter ? Reconnaissons que cet engagement est pour notre bien et celui des autres. Développons notre engagement en nous appuyant sur notre pratique de méditation : c’est un bon point d’appui.

Quatrièmement : Regardons la démangeaison mais sans gratter. Observons les sensations, les ressentis, les états d’âme… Cela peut être difficile. Les démangeaisons peuvent être vraiment fortes. La prochaine fois qu’une démangeaison est présente, essayons de ne pas la gratter. L’envie de gratter devient tellement forte que nous pouvons paniquer. Mais en réalité, nous pouvons sans doute nous poser avec cette démangeaison, sans lutter.

Cela demande de la pratique. Cela demande d’avoir confiance dans le fait que nous irons bien même si nous ne nous grattons pas. Évidemment, je ne vous parle plus de démangeaisons littérales – je parle des envies d’aller prendre une sucrerie ou de jeter un œil à Instagram / Facebook / Twitter / vos mails / Snapchat / Tumblr / YouTube / Pinterest / Hackernews / Reddit… Si ne grattons pas, il ne se passe rien, tout va bien…

C’est tout ce qu’il faut faire : remarquer la démangeaison, reconnaître ce qu’elle provoque, prendre un engagement, et regarder mais ne pas suivre notre envie. Quelle libération ! Chiche ?

Plan du site

%d blogueurs aiment cette page :