Pleine conscience et MBSR : apaiser ses tensions, retrouver la bienveillance et la joie par la pleine conscience.

MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction) et Communication Bienveillante. Séances, programmes et ateliers de méditation de pleine conscience et MBSR, de communication bienveillante à Lille, Hauts de France et en Belgique pour les entreprises et les particuliers. Par Stéphane Nau, instructeur MBSR (Center for Mindfulness, Ecole de Médecine de l'Université du Massachusetts, créé par Jon Kabat Zinn).

Se taire…

Quelle joie de vous partager ce poème de Pablo Neruda…

Oui, comme le dit Jon Kabat Zinn, dans « Au coeur de la tourmente, la pleine conscience » dont ce poème est extrait, « Le voyage de la pleine conscience dure toute la vie et nous conduit le long d’un chemin qui en finale ne mène nulle part, si ce n’est à qui vous êtes. La voie de la conscience est toujours ici, elle vous est toujours accessible, à tout moment. Tout étant dit et fait, sans doute son essence ne peut-elle être saisie que par la poésie, et par le silence de votre esprit et de votre corps apaisés« .

Oui, l’expérience de la pleine conscience et de la méditation, que je pratique depuis plus de 15 ans et que j’enseigne depuis 5 ans me montre chaque jour que dans l’instant, je trouve le joyeux de l’existence et le discernement. Dans cet espace, toujours disponible, j’ai de la liberté, celle de choisir parmi toutes les options, d’aller vers ce qui est nourrissant, d’abandonner ce qui l’est moins.

C’est ce que je propose dans le programme MBSR (Réduction du Stress Basée sur la Pleine Conscience), et dans mes ateliers et actions en entreprise.

C’est ce que je vous propose de partager…

 

Maintenant nous compterons douze

et restons tous silencieux.

 

Pour une fois sur la terre

ne parlons plus aucun langage,

arrêtons-nous pour une seconde,

n’agitons pas tant les bras.

 

Ce serait une minute parfumée,

sans hâte, sans locomotives,

nous serions tous ensemble

dans une inquiétude instantanée.

 

Les pêcheurs de la mer froide

ne feraient plus de mal aux baleines

et le travailleur du sel

regarderait ses mains brisées.

 

Ceux qui préparent des guerres vertes,

des guerres de gaz, des guerres de feu,

des victoires sans survivants,

 

se vêtiraient d’un costume pur

et marcheraient avec leurs frères

à travers l’ombre, sans rien faire.

Ne pas confondre ce que je veux

avec l’inaction définitive,

la vie est seulement ce qu’on fait,

je ne veux rien avec la mort.

 

Si nous n’avons pu être unanimes

en engageant toutes nos vies,

peut-être ne rien faire pour une fois

peut-être un grand silence pourra-t-il

briser cette tristesse,

de ne jamais se comprendre

et nous menacer de mort,

peut-être que la terre nous apprendra

combien tout semblait mort

et que tout ensuite était vivant.

 

Maintenant je vais compter jusqu’à douze

et tu te tais et je m’en vais.

 

Pablo Neruda

 

Plan du site

%d blogueurs aiment cette page :