Apaiser ses tensions, retrouver la bienveillance et la joie par la pleine conscience.

MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction). Séances, programmes et ateliers de méditation de pleine conscience et MBSR à Lille, Hauts de France et en Belgique pour les entreprises et les particuliers. Par Stéphane Nau, instructeur MBSR (Center for Mindfulness, Ecole de Médecine de l'Université du Massachusetts, créé par Jon Kabat Zinn).

La méditation, pour revenir à soi, sur France Info

France Info a diffusé le 28 août dernier une excellente chronique sur la méditation, et ses effets bénéfiques. Ce qui est exprimé dans cette chronique rejoint ce que les participants de mes sessions de réduction du stress basée sur la pleine conscience ou de mes ateliers partagent : la pleine conscience est une façon de découvrir comment notre esprit fabrique des pensées, de mettre au jour nos mode de fonctionnement automatiques et de voir ce qui nous fait réellement du bien, en quittant progressivement ce qui nous nuit, comme la pollution des écrans et tout ce qui disperse notre attention. Ainsi, nous sommes plus ancrés dans le présent, dans la vie, dans la réalité, et pouvons faire face à nos situation difficiles, comme nous pouvons mieux profiter de ce qui est joyeux et souriant dans notre vie.

 

Texte de la chronique :

Offrez-vous des « temps de récupération »

Après quelques minutes, vous entrez dans un état de « pleine conscience » : vous devenez alors ancrés dans le présent et n’êtes plus aux prises avec vos pensées, ni dans des jugements mais dans le lâcher prise. Vous ressentirez un grand calme intérieur.

Le psychiatre Christophe André exerce à l’hopital Saint Anne à Paris et en 2004, il a été l’un des premiers médecins à proposer à ses patients des approches de méditation laïque, inspirée du bouddhisme. Aujourd’hui, il écrit de nombreux livres ainsi que des articles sur son blog sur le sujet et propose des méditations sur YouTube. Dans une de ses vidéos, Christophe Antoine évoque les moments où il se met à méditer : « Dès que je réalise que je ne suis plus centré sur l’instant présent, mais en train de planifier, de prévoir, de ruminer, de ressasser, d’imaginer, de juger, alors, je m’arrête, et je reviens à moi. »

Revenir à soi en se concentrant sur son souffle sans chercher à le réguler et en le laissant envahir tout notre corps est l’une des façons de se déconnecter et de se recentrer sur soi, ses sensations. La méditation permet d’offrir une pause à notre cerveau.

« Nous sommes pollués par les écrans, nous vivons dans une société de dispersion, de sur sollicitation, de sur information et nos cerveaux sont épuisés par cela. Je crois que ce que nous allons chercher dans la pratique de la méditation sont des temps de récupération, des temps de repos, des temps où nous donnons à notre cerveau des nutriments, des vitamines dont il a besoin », explique Christophe Antoine. Nous lui donnons du calme, de la lenteur, de la stabilité, de la continuité dans nos ressentis et dans nos pensées ce que nous ne nous offrent plus nos vies quotidiennes, poursuit-il. Nous allons aussi chercher cela et, en ce sens, la vogue actuelle de la méditation ne s’explique pas seulement par le fait que nous disposons de validités scientifiques mais aussi car nous en avons en besoin. »

De nombreuses études scientifiques ont démontré que la méditation permettait de réduire le stress, l’anxiété et la dépression. Des études de neuro-imagerie ont même montré que la méditation modifiait le fonctionnement de notre cerveau, jusqu’à freiner le vieillissement cellulaire ou augmenter l’immunité.

Une pratique de la méditation ouverte à tous

Tout le monde peut pratiquer la méditation selon Jonn Kabat Zinn, docuteur en biologie à l’origine de la méditation laïque aux États-Unis à la fin des années 1970. Il a également fondé un programme de réduction du stress, le « mindfulness » (également connu comme MBSR ou « Pleine conscience ») au succès mondial. Il écrit qu’« il est vrai que la méditation exige de l’énergie et de la persévérance. Mais n’importe qui peut s’assoir en observant sa respiration et le déroulement de ses pensées. Lorsque j’entends certains dire qu’ils sont incapables de méditer, ce qu’ils veulent vraiment dire, c’est qu’ils ne sont pas prêts à y consacrer le temps nécessaire. »

Il vaut mieux être régulier pour ressentir les effets de la méditation qui porte rapidement ses fruits. Aussi, de nombreuses applications existent pour vous aider à méditer comme Petit Bambou. Je vous conseille aussi le livre de Kabat Zinn Ou tu vas, tu es, ou encore celui d’Eckart Tolle, Le pouvoir du moment présent.

Plan du site

%d blogueurs aiment cette page :