Pleine conscience et MBSR : apaiser ses tensions, retrouver la bienveillance et la joie par la pleine conscience.

MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction) et Communication Bienveillante. Séances, programmes et ateliers de méditation de pleine conscience et MBSR, de communication bienveillante à Lille, Hauts de France et en Belgique pour les entreprises et les particuliers. Par Stéphane Nau, instructeur MBSR (Center for Mindfulness, Ecole de Médecine de l'Université du Massachusetts, créé par Jon Kabat Zinn).

Quelques témoignages de participants au programme MBSR

 

« Je viens de passer du temps subi au temps vécu… »

Tony, 40 ans

« Ce que je vois maintenant, après la journée en silence, c’est que je me fais des noeuds au cerveau tout le temps ! Et que ça me fais souffrir. Alors, j’ai décidé de changer ça, ras le bol. Et je sais, oui je sais, que je peux. Je crois que ça change un peu ma vie, tout ça.  »

Giuseppe, 61 ans

« Hier, mon mari a laissé un mot sur la table de la cuisine, me disant qu’il était parti à notre petite maison, qu’on a acheté pour notre retraite, pour faire du bricolage. J’ai tout de suite pris mon téléphone, et appelé une copine pour dîner avec elle. Et avant qu’elle décroche, j’ai raccroché. Je me suis demandé pourquoi je voulais absolument remplir le temps, pourquoi c’était si pressé de ne plus être seule. Ce que j’ai fait ? Je suis restée en silence, ¼ heure, assise. J’étais bien, mais j’étais bien… »

Francine, 59 ans

« En faisant mes étirements hier, ceux que tu as demandé de faire cette semaine, j’ai découvert le plaisir de bouger. Je ne m’étais pas rendu compte ce qui se passait dans mon corps quand il bouge, ni des sensations de chaleur et de détente qui arrivaient juste en levant les bras ! C’est bon, c’est bon ! »

Amandine, 29 ans

« Il y a des jours, je me lève avec la boule au ventre. Je n’ai pas envie de cette journée. Je vois bien qu’au fur et à mesure du programme, cela change, un peu à la fois. C’est bon ! J’ai l’impression que je me lève un peu plus sereine, bonne nouvelle ! »

Farida, 47 ans

« Je me demande pourquoi, quand je marche dans la rue, je ne pense qu’à là où je vais. Je trouve ça insensé d’être tout le temps dans la préoccupation, et de ne jamais vivre. C’est ce que je viens de découvrir en marchant lentement, dans la salle. Je suis toujours préoccupé. Et je peux sans doute faire autrement. »

Marie-Claude, 61 ans

« C’est la 4ème séance que je viens, dans le programme. Je me dis que j’ai bien fait de venir ! En fait, ce qui se passe, c’est qu’hier, ma femme m’a dit que j’avais un peu changé : je ne démarre plus au ¼ de tour pour tout, et je ne fais plus de tout un problème. Moi, ça me fait du bien. Et elle, je crois aussi. »

Romain, 41 ans

« Quand je suis rentré du travail hier, j’ai senti que ce n’était pas comme d’habitude. J’ai vu ma fille qui m’ouvrait les bras et me disait « bonsoir papa ! » avec un immense sourire. En fait, elle faisait ça tous les soirs, mais hier, je crois que je l’ai vu, pour la première fois. Et on a fait un câlin, un vrai câlin. J’en ai pleuré de joie. »

Enguérand, 36 ans

« J’ai le sentiment que j’ai repris le pouvoir sur ma vie ».

Alix, 38 ans

« En venant, j’étais sceptique et curieux. Je voulais vraiment limiter mes sur-réactions et ne plus partir dans mes émotions a tout-va. J’en ai essayé des trucs… J’ai découvert plus que ça, comme une rencontre avec moi, mon souffle, qui a provoqué une paix intérieure plus grande. »

Patrice, 54 ans

« J’en ai marre de toujours penser à ce que je vais faire dans 10 minutes  C’est vrai. Cette semaine, je marchais pour aller à un rendez-vous chez mon médecin et je ne pensais qu’à mon rendez-vous, à mon inquiétude, à ce qu’allait me dire mon médecin.  Il faisait super beau, je marchais, et voilà. J’étais dans mon rendez-vous avec mon inquiétude. C’est infernal de toujours « être pas là ». Je viens de prendre conscience que ça devait changer. Il y a du boulot, mais j’ai décidé : je veux être en train de marcher, et c’est tout ».

Jean-Philippe, 61 ans

« Tu nous a demandé de définir notre intention, avec la pratique du petit caillou qui tombe dans l’eau. Je me suis rendu compte que j’étais en train de réfléchir, à penser ce que je voulais dans ce programme. Et puis à un moment, très vite, j’ai vu que je n’aurais pas de réponse dans ma tête, qu’il fallait que je RESSENTE ce qui m’amenait ici, et là, j’ai vu : je veux moins souffrir de mes émotions. »

Christelle, 58 ans

« Je commence à voir que quand je pratique tous les jours, ce qui n’est pas si simple, je me retrouve. Comme si une part de moi apparaissait, à la lumière, quelque chose que je n’avais jamais vu : j’ai un corps, je ressens. C’est pour moi une découverte. »

Jean, 67 ans

« J’apprends à m’observer dans la vie. J’essaie de prendre conscience maintenant des émotions, de mes colères et de mes tristesses qui contribuent à les réactions vis-à-vis des autres, ou quand je prends des décisions. »

Rémi, 34 ans

« J’apprends combien c’est fort de faire des pauses. J’arrête de courir, c’est décidé, je m’arrête. Parfois, les autres me disent que je suis un peu dingue, mais ça m’est égal : je vois que ça me fait du bien. Et tu sais quoi ? Et bien j’ai l’impression qu’ils ralentissent aussi ! Dans mon couple qui bat de l’aile, tu n’imagines pas combien cela nous aide à discuter, à poser les vraies questions, sans s’emballer. Et je crois que ça va un peu mieux maintenant. « 

Nasrine, 44 ans

« Je ne comprenais pas pourquoi tu disais, Stéphane, que nous prenions rendez-vous avec nous même dans ce programme. Après quelques séances, je crois que j’ai compris : c’est un temps que je prends volontairement pour prendre soin de moi, pour me découvrir, mieux voir ce qui me fait souffrir et du coup, pouvoir trouver des réponses. Merci infiniment pour cette découverte qui me fait vraiment du bien. « 

Aurélie, 34 ans

« Maintenant, quand je mange, je mange ! Ca paraît bête, mais c’est dingue : je retrouve petit à petit le goût des choses que j’avale, même quand je n’ai que 10mn pour manger le midi. Et je ferais un commentaire plus large : je crois que la vie a plus de saveur maintenant. Merci, merci, merci ! »

Francine 61 ans

« Je viens de découvrir quelque chose ! Je suis enfermé dans ma tête, dans mes ruminations, et c’est la source de mon stress. Je tourne en boucle comme un disque rayé… En particulier avec mon fils, avec qui c’est très dur en ce moment. Et ça me mine. En découvrant le processus du stress sur lequel tu nous a proposé de travailler ce soir, j’ai vu que c’était moi qui créait mon stress, pas lui ! Du coup, je crois que je peux faire quelque chose pour me calmer, et retrouver une relation plus cool avec lui. »

Ahmed, 48 ans

« J’apprends à être plus positive avec moi, avec les autres. Je fais moins de reproches aussi, quand ça ne va pas comme je veux. Je crois que j’apprends à accepter mieux ce qui m’arrive, et que je râle moins. Ca me change ! et vraiment, ça fait du bien. Ca ne veut pas dire que tout va bien : ca veut dire que je vois ce qui se passe, et que je peux choisir que ça aille mieux. Et ça ça change tout. »

Vinciane, 28 ans

« Je commence à prendre du temps pour moi et à être avec moi-même et avec mes sensations. J’observe davantage mes émotions, et ca me permet d’être plus tranquille, en particulier avec la tristesse, qui est là depuis ma récente séparation. Je suis plus doux avec moi-même… moins dans les reproches, du genre ‘je suis nul, je ne mérite que ce qui m’arrive’. J’ai hâte de voir la suite du programme ! »

Robert, 69 ans

« Je viens de me rendre compte que quand j’étais énervée, ce qui m’arrive très souvent, trop souvent, mon corps se mettait en vrac ! Je n’avais pas conscience qu’il me disait des choses, qu’il me parlait. Et que ce qu’il me disait me permettait de prendre une décision. Soit de laisser l’énervement augmenter jusqu’à pêter un câble, soit de prendre un petit temps pour m’apaiser. Je viens de découvrir que j’avais le choix. »

Marie-France, 47 ans

« L’anxiété ça me connait ! Dès que je suis en silence, je suis anxieux. Alors pour éviter ça, je remplis mon temps de mille choses, et c’est souvent inutile… Je me suis senti touché dans cette séance, pendant le bodyscan. Je n’ai rien fait pendant 45mn, au début c’était super désagréable, et ensuite, j’ai ressenti un grand calme. Par la première fois, peut être de ma vie, j’ai été bien dans le silence et n’ai eu aucune envie de remplir le temps. »

Maxence, 28 ans

« J’ai exprimé la semaine dernière combien j’étais inquiet à l’idée de passer une journée en silence. Quand je suis arrivé dans la salle, j’ai vu tous les sourires des autres personnes, ça m’a beaucoup aidé. Cette journée était incroyable : je me suis sentie en confiance, et j’ai vu que quand je me mettais en silence, ma tête s’apaisait. Oui c’est ça, je trouve que maintenant, quand je suis stressée, j’arrive à faire des pauses en silence dans mes journées, et que ça fait du bien, vraiment. »

Anne-Françoise, 37 ans

« Tu as proposé des mouvements en pleine conscience ce soir. Je ne suis pas souple du tout, ça a été vraiment dur pour moi. » et ensuite… « je n’en reviens pas. Je pensais que je n’étais pas souple, mais le truc, c’est plutôt que je n’étais pas détendu. En pratiquant régulièrement les exercices de méditation, j’ai surtout détendu la tête ! Et mon corps a suivi. Maintenant qu’on est à la fin du programme, j’ai même du plaisir à faire les mouvements ! Ce que j’apprends avec ça, c’est que si la tête est calme, mon corps est détendu. »

Fabien, 27 ans

« Cette semaine, j’ai réalisé une chose. J’étais en train de pratiquer une assise sur la respiration, et mon esprit partait dans tous les sens. À la fin, j’étais contrarié : l’impression de n’arriver à rien ! Puis j’ai compris : à certains moments, contrairement à ce que je pensais, je revenais à mon souffle et ressentais une profonde paix. Et je me suis dit que dans ma vie, chaque jour, j’ai le sentiment de ne jamais rien maîtriser, et de ne rien réussir. J’ai compris que revenir à la paix, c’était possible. Toujours. Cette prise de conscience a changé ma vie. »

Anne, 58 ans

Plan du site

%d blogueurs aiment cette page :