MBSR à Lille, réduction du stress & méditation pleine conscience (Mindfulness) à Lille – France

Ressourcement par le MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction), la pleine conscience. Séances, programmes et ateliers de méditation de pleine conscience et MBSR à Lille, pour les entreprises et les particuliers.

Liberté.

La Liberté guidant le Peuple... Delacroix Viva la Vida... Frida Kahlo

La Liberté guidant le Peuple… Delacroix
Viva la Vida… Frida Kahlo

J’ai décidé de ne pas faire de politique ni de dévoiler quelque opinion que ce soit sur ce site. Ce n’est pas l’objet ni le propos.

Mais…

Ce qui vient de se passer hier mérite de s’arrêter une seconde… ou plus. Savoir s’arrêter et prendre une juste distance par rapport à un événement est d’ailleurs une pratique méditative ;-). Savoir ne pas réagir mais apporter une réponse. Savoir trouver ce petit espace entre ce qui vient de se passer et ce que j’écris ce matin.

Il y a 4 siècles, en 1631, Théophraste Renaudot publie le premier journal périodique à Paris, « La Gazette ».

le 1er janvier 1777 à Paris encore, naît le premier quotidien français, « Le Journal de Paris ». 4 hommes avaient décidé d’informer la population, de manière libre et ouverte.

A Paris toujours en juillet 1789, le journaliste Camille Desmoulins exhorte la foule à se mettre « en état de défense » en réaction à des décisions jugées despotiques.

Il y a un jour, à Paris… les journalistes et dessinateurs d’un journal prônant la liberté dans son expression essentielle trouvent la mort sous le coup de ce qui semble être des terroristes, en tout cas déjà jugés comme tels.

Ces événements interrogent à la fois la liberté collective et notre propre liberté individuelle, de même que notre capacité d’agir.

Les hommages d’hier, 7 janvier 2015, sont à la fois émouvants et porteurs de sens.

Ils montrent combien la liberté est difficile à conquérir et combien elle est fragile. Combien elle nécessite un engagement « pur » et solide de chacun. Combien elle prend du temps à se mettre en place et à exister, à ses propres yeux et aux yeux de tous. Combien elle est un repère universel et puissant.

Elle prend du temps à se mettre en place, à exister… comme tout ce qui est essentiel à notre vie.

La vie est un équilibre subtil, une alchimie délicate entre l’idéal et la réalité. C’est dans cet équilibre que nous vivons et nous épanouissons, que nous consacrons de l’énergie à des actes utiles, que nous sommes acteurs de notre vie.

Ces mots sont à la fois un hommage à chacune et chacun qui défendent leur liberté. Aux victimes de l’assassinat d’hier à Charlie Hebdo et à leurs proches. A chacun d’entre nous, qui ne mesurons pas toujours la chance que nous avons de vivre et de développer notre propre liberté (en tous cas nous en avons la capacité).

A chacun, dans le monde, privé de liberté et de dignité.

A tous ceux qui se sont battus, à Paris, en France et ailleurs, et à tous ceux qui se battent pour conquérir cet espace essentiel.

Merci à tous, merci de votre action vers la liberté. Merci de nous rappeler que chacun d’entre nous est acteur de sa propre vie. Parfois au prix de son sang ou de souffrances terribles. Mais toujours avec grandeur, dignité et courage. Et avec rayonnement.

Je vous invite à prendre le temps d’écouter Coldplay, Viva la Vida…

Traduction des paroles :

Autrefois je dirigeais le monde
Les mers montaient lorsque je le demandais
Désormais le matin je dors seul
Je balaie les rues qui m’appartenaient

Je décidais du sort de chacun
Je sentais la peur dans les yeux de mes ennemis
J’écoutais la foule proclamer :
« Le vieux Roi est mort ! Longue vie au Roi! »

Une minute, je contrôlais tout
La suivante, les murs se refermaient sur moi
Et j’ai découvert que mes châteaux reposaient
Sur des piliers de sel et des piliers de sable

J’entends les cloches de Jérusalem qui sonnent
Et les chœurs de la cavalerie romaine qui chantent
« Soit mon miroir, mon épée, et mon bouclier »
Mes missionnaires sur un sol étranger
Pour une raison que je ne peux expliquer
Une fois arrivé là, il n’y eut jamais
Jamais eu un monde honnête
C’était lorsque je dirigeais le monde.

Le vent malicieux et furieux
Abattit les portes me permettant d’entrer
Et fit voler les fenêtres en éclat au son des tambours
Le peuple ne pouvait croire en ma transformation.

Les révolutionnaires n’attendent
Que ma tête sur un plateau d’argent
Seulement une marionnette au bout d’un fil
« Oh, qui voudrait jamais être roi? »

J’entends les cloches de Jérusalem qui sonnent
Les chœurs de la cavalerie romaine qui chantent
« Soit mon miroir, mon épée, et mon bouclier »
Mes missionnaires sur un sol étranger
Pour une raison que je ne peux m’expliquer
Je sais que Saint Pierre ne m’appellera pas
Jamais eu un monde honnête
C’était lorsque je dirigeais le monde.

(Ooh Ooh Ooh Ooh Ooh…)

J’entends les cloches de Jérusalem qui sonnent
Les chœurs de la cavalerie romaine qui chantent
« Soit mon miroir, mon épée, et mon bouclier »
Mes missionnaires sur un sol étranger
Pour une raison que je ne peux m’expliquer
Je sais que Saint Pierre ne m’appellera pas
Jamais eu un mot honnête
C’était lorsque je dirigeais le monde.

Plan du site

%d blogueurs aiment cette page :